Christoph Deinhard, ingénieur diplômé

Entreprise
XXX S.A. / construction de machines-outils
Poste
Directeur des technologies de l’information
Fonction
Remplacement de la totalité de l’infrastructure informatique au niveau mondial, avec mise en place d’un système ERP intégré ainsi que d’un réseau b2b dans un délai de 18 mois; augmentation de la productivité de 40 %
Réalisations
Il s’agit de l’entreprise mentionnée antérieurement, qui a été redressée en 1993 (mandat 7) et dans laquelle une autre entreprise a été intégrée en 1994 dans le cadre d’un redressement avec cession (mandat 9). L’entreprise avait au total quatre implantations, résultant du même nombre de sociétés originelles indépendantes. Ainsi, il y avait quatre cultures d’entreprise tout-à-fait contradictoires, quatre systèmes ERP complètement différents et incompatibles, ainsi que des normes divergentes pour les réseaux, les points d’entrée des systèmes d’information (‘front ends’), les systèmes de ‘reporting’, etc. De plus, chacune des entreprises originellement indépendantes se battait pour s’octroyer une position prépondérante, en utilisant des moyens partiellement opaques. Ainsi, l’introduction des nouveaux systèmes informatiques, sans étendre l’utilisation d’aucun des systèmes préexistants,  représentait avant tout un projet d’intégration post-fusion/acquisition. Il est courant de voir que des parties ayant des intérêts divergents s’unissent pour faire front contre un ennemi commun ou bien, comme ici, une fonction commune, qui finalement ne peut être remplie et met les personnes en ayant la charge à bout de forces. Il ne reste alors plus de temps pour les disputes. L’introduction des nouveaux systèmes eut lieu en mode 'big bang', car il était impératif que cela fonctionne. Cette façon de procéder a également permis pour la première fois à une multinationale d’envergure mondiale de mettre en pratique une solution entièrement intégrée, englobant même en temps réel les unités comptables fermées. Après la préparation et le transfert depuis les anciens systèmes des données nécessaires, le nouveau système représentait seulement 5 % de leur volume originel, tout en assurant une parfaite intégrité de ces données. La fonction englobait également de trouver des financements pour l’ensemble du projet (matériels, logiciels et services), car l’entreprise n’était alors pas en mesure de l’autofinancer avec ses liquidités courantes.